Dans le quotidien d'une Yogini

Parlons du sommeil

Le week-end dernier, je me suis peu écoutée. Ecouter mon corps, écouter mes besoins et notamment mon besoin de sommeil. Depuis que j’essaye d’être en pleine conscience avec tout ce qui se passe, j’ai de plus en plus de mal à pousser mon corps à faire des choses qu’il n’a pas envie de faire. S’il me réclame des choses et que je ne l’écoute pas, il me le fait payer. Je parle de lui comme si nous étions deux entités différentes alors qu’en réalité, nous ne sommes qu’un et je dois apprendre à écouter tous mes besoins de manière générale.

Mon manque de sommeil s’est traduit par une envie d’un retour en moi même, j’étais irritable, un rien pouvait m’énerver. Je n’avais envie de voir personne alors que je suis une personne plutôt sociable habituellement. Le plus drôle dans l’histoire, c’est que plus je manquais de sommeil, plus je n’arrivais pas à dormir. Une sorte d’adrénaline dont j’avais abusé était présente dans mon corps pour que je tienne debout, même pendant les moments où j’avais enfin la possibilité de me reposer.

J’ai mis une bonne semaine et demi pour me remettre de cet épisode avec une certaine envie de rester chez moi à procrastiner. J’ai aussi manqué d’efficacité durant mes journées. Lorsque je suis reposée, mes journées avancent, les choses font sens, je n’ai pas de trous de mémoire et les choses que je produis sont percutantes. Là, j’ai manqué de concentration et de pertinence ce qui a eu pour résultat de m’agacer encore plus ! Quand je vois comme j’ai pu réagir à un manque de sommeil ponctuel, je n’imagine même pas comment vivent les personnes qui en souffrent de manière chronique.

Dans les grandes lignes

En 2019, la Santé Publique Française déclare que le sommeil des français est en déclin. Tant par la qualité que par la quantité. Cela représente 1 français sur 3. Je trouve ce chiffre énorme. Les impacts se ressentent par la suite sur la vie et le quotidien de chacun.

Sommeil

Lorsque l’on a crée cet atelier HypnoYoga sur le thème du sommeil, beaucoup de personnes nous ont déclaré ne pas en avoir. En creusant un petit peu plus et en posant les bonnes questions, on a pu constater que plusieurs personnes définissent les problèmes de sommeil comme étant des grosses insomnies ou des nuits de 3h max. Or, on compte parmi les problèmes de sommeil aussi bien les insomnies, que les réveils nocturnes par exemple. Et puis beaucoup placent leur problème de sommeil comme étant quelque chose de secondaire.

Les troubles du sommeil ont des conséquences néfastes au niveau biologique sur notre corps. Cela peut entraîner des problèmes neuronaux ou cardiaques par exemple. Et comme j’ai pu le constater, au niveau social aussi. Une variable qui doit être difficile à mesurer mais la fatigue nous amène à être désagréable et modifie nos interactions sociales. Dormir, c’est laisser le corps se régénérer, c’est le moment où nous faisons l’apprentissage de tout ce que l’on a appris dans la journée et puis aussi de faire une sorte de pause du système

Quelques pistes pour améliorer votre sommeil

Chaque personne est différente bien sûr mais ce sont des choses qui marchent pour moi :

  • Arrêter les écrans avant de dormir : Je me suis mise une alarme à 22h30 en semaine pour me rappeler que d’ici une heure je vais aller me coucher. Plus d’une étude à montrer que les écrans étaient néfastes pour le sommeil. Echangez votre téléphone contre un bon bouquin.
  • Ne pas manger trop lourd : La raclette c’est trop bon, mais pas sûr que ça soit la meilleure idée avant d’aller se coucher ! Si l’organisme est en plein travail de digestion, il vous sera sûrement compliqué de trouver un sommeil apaisant.
  • Méditer : Se recentrer sur soi et le moment présent. J’aime beaucoup faire un scan corporel avant d’aller me coucher et faire quelques respirations conscientes
  • Tester l’HypnoYoga ! Info pour le prochain atelier ici

Un dossier complet sur le site de l’INSERM si vous voulez en savoir plus.

En attendant, faîtes de doux rêves.

© Sothy Yogini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *