Dans le quotidien d'une Yogini

Le Burn out

Dans le monde enchanté des licornes et des lutins, la professeure de yoga se lève pour saluer le soleil, boire un matcha et lire les Yoga Sutra. Pourtant, ce monde est bien loin de la réalité. Être prof de yoga c’est aussi  répondre aux emails, organiser des événements, s’occuper d’un site internet, animer les réseaux sociaux. Beaucoup de choses qui n’ont rien à voir avec dérouler son tapis et chanter Om. Et finalement, on ne parle pas assez du Burn Out du prof de yoga. 

Je n’avais pas réalisé en m’engageant sur cette voie que le travail allait être aussi gargantuesque. Parce que oui, je le vois comme ça. Gargantuesque. Bien sûr, il y a le côte où je démarre une activité alors je dois tout mettre en place. Mais je n’avais pas envisagé une charge de travail aussi lourde. Être entrepreneuse, c’est travailler pour soi et son bébé. C’est tout faire de A à Z. Être avec son projet H24. C’est ne réfléchir et ne penser qu’à ça. 

En en discutant un peu autour de moi, on m’a dit qu’un jeune professeur yogi peut facilement arriver à un Burn Out dans les 3 à 6 mois au lancement de sa carrière. 3 à 6 mois ? Et puis je l’imagine abandonner son rêve. C’est vrai que les mots Burn Out et yoga ne vont pas ensemble mais c’est pourtant une réalité. C’est un métier comme un autre. On peut rencontrer le Burn Out dans tous les aspects de la vie, le boulot, la famille, la gestion d’une maison. 

À quel moment peut on parler de Burn out ?

On peut parler du Burn Out à partir du moment où les nerfs lâchent. Où la fatigue est telle qu’on ne récupère pas. Que tout nous semble impossible. L’envie n’est plus là, et elle est remplacée par le stress. Celui qui nous envahit pour tout et n’importe quoi. La moindre petite tâche semble impossible à réaliser. On monte très haut dans les émotions sans raison précise, et on n’arrive pas à mettre de mot dessus. On ne sait plus où sont les priorités. Rien n’est organisé dans sa tête. 

Arrivé au Burn Out, il peut être difficile d’en sortir. On tourne en rond, on ne trouve pas de porte de sortie. Et on craque. 

Bien sûr qu’il y a des moyens mettre fin à ces tourments. Cela passe par la décision de vouloir s’en sortir déjà. Et puis admettre qu’il y a un problème et qu’on n’est pas bien dans cette situation et qu’elle n’est pas normale. Revenir à ces besoins profonds, revenir à soi. Demander de l’aide aussi. 

Je n’ai moi même pas expérimenté le Burn Out, ce ne sont que des suppositions et des observations que j’ai pu faire sur des personnes qui ont craquées autour de moi. J’ai eu la chance de ne pas l’affronter. Enfin c’est dans le fond, s’affronter soi. Je l’ai juste touché du doigt pendant que je travaillais dans la finance, et puis là sur ces dernières semaines. Heureusement, je suis bien entourée. La bienveillance des uns et des autres m’a permis de repartir sur le bon chemin en prenant garde à faire plus attention pour ne plus frôler ce Burn Out.

Mes conseils pour éviter le Burn out

Ces conseils ne sont pas destinés qu’à mes collègues yogis, mais à tous. Ce sont les premiers auxquels j’ai pensé. 

Pour le travail

  • Ne pas définissez pas des objectifs trop hauts et insurmontables : Ou encore les to-do list à rallonge qui ne désemplissent pas. Juste pourquoi? Je ne dis pas qu’il ne faut pas se donner quelques objectifs mais vous risqueriez d’être frustrer et déçu de ne pas les remplir s’ils sont trop hauts. 
  • Gardez en tête ce pourquoi vous êtes là : En se sentant submergé, on peut parfois oublier quel était l’objectif de base. Et dans le cas d’une reconversion, garder en tête pourquoi vous avez fait ces choix.
  • Acceptez l’échec : Si au final vous vous rendez compte que ce n’est pas le bon chemin. Changez. Et si vos aspirations ont changé, ce n’est pas grave. La vie est faite de rebondissements et de changements. Charles Pépin a écrit un livre intéressant sur Les vertus de l’échec.
  • Soyez sympa avec vous même : On a tendance à se mettre beaucoup de pression. Si vous pouviez vous demander si c’est grave ? Peut-être que vous pourrez trouver un peu plus d’apaisement. Relativisons! 

Pour votre vie de tous les jours

  • Prenez du temps pour vous : Que ça soit en lisant pendant 15 minutes avant le coucher ou en prenant un bain. Ce temps est précieux. Ou bien déroulez votre tapis de yoga !
  • Déconnectez : J’avais l’impression que mon téléphone était une extension de ma main et qu’il faisait parti de moi ces dernières semaines. J’ai fini par mettre une alarme à 22h30 pour me rappeler qu’il est bientôt l’heure d’aller se coucher, que je dois lâcher les écrans, et j’essaye de ne pas toucher mon téléphone durant mes repas.
  • Méditez : La méditation va vous permettre de vous ancrer et de créer cet espace nécessaire pour retrouver un peu de liberté. Mais aussi vous reconnecter à vous même et de savoir où sont vos priorités. 
Posture du lotus pour mieux méditer et éviter le burn out
  • Regardez vos émotions: Il est parfois difficile de regarder ses émotions et de leur faire de la place. La place qu’elles méritent. Une émotion traduit généralement un besoin. En l’analysant, vous identifierez qu’est-ce qui vous passe par la tête et comment mieux y répondre. 
  • Respirez: Lorsque la pression monte, respirez. Vous pourrez ainsi vous reconnecter et redescendre. À chaque inspiration se remplir de positif et à chaque expiration relâcher un peu plus. 
  • Ne pas oubliez de faire de vous une priorité: Il est tellement facile de dire « ce n’est pas important, je m’occuperai de moi plus tard ». Ce temps est encore une fois nécessaire pour votre état émotionnel et vous même. 
  • Tenez un carnet à gratitude: Pour se rappeler les belles choses de la vie qui vous font sourire. 

N’oubliez pas que demander de l’aide n’est pas un signe de faiblesse si vous en avez besoin. Et puis chacun à des besoins différents, du coup il faut peut-être réfléchir à vos propres clés. Être bien avec soi, c’est nécessaire pour être bien avec les autres (surtout quand on est prof de yoga). Alors prenez soin de vous !

© Sothy Yogini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *